Les médiations

L’ensemble du processus de création du spectacle Lettres Vives est lié à un travail approfondi de médiations en milieu psychiatrique.


Du souffle intime au corps poétique

Culture Santé 2015 à l’hôpital de Saint-Alban

En 2015, Juliette Kempf et Simon Winsé interviennent à l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban, foyer d’art brut et lieu de naissance de la psychothérapie institutionnelle, lors d’une résidence Culture Santé subventionnée par la DRAC et l’ARS. Ils y reçoivent le livre Lettres mortes, correspondance censurée de la Nef des fous, dont les textes intègrent les improvisations du travail de célébration artistique « Du souffle intime au corps poétique ». C’est suite à cette résidence qu’ils se lancent dans la création du spectacle Lettres Vives.



Lettres mortes deviennent vives

2017 à l’hôpital de Nantes

En 2017, un partenariat est créé avec l’Unité de Médiation Thérapeutique de l’hôpital Saint-Jacques (pôle psychiatrie du CHU de Nantes). Patients, soignants, cadres de santé sont invités à prêter leurs voix aux lettres mortes de Volterra.

Au cours de cette démarche, des ponts se bâtissent entre les époques, entre les mémoires. En creux, se trace une réflexion sur l’évolution du soin en santé mentale, et de notre relation au « dire l’intime ». Cette passation génère de nouvelles manières de vivre et d’envisager le lien. Nous touchons, de façon tangible, le fait de porter la parole d’un autre, la responsabilité d’honorer cette parole qui a été censurée.
Ces « autres voix » rejoignent le spectacle, comme autant de personnages invisibles.

Pour ce projet, l’Unité de Médiation Thérapeutique reçoit un Prix Infirmier de la revue Santé Mentale.


De toi à moi – en réponse

2018 à l’hôpital de Nantes

En 2018, le travail à Nantes se poursuit et va plus loin. Les patients et les soignants sont invités à répondre aux lettres à travers des enregistrements sensibles, pris directement dans l’énergie des ateliers, ouvrant la voie de la parole singulière.

52 réponses sont ainsi récoltées et emmenées jusqu’aux vestiges de l’asile de Volterra, abandonné.

Quelques-unes en écoute :



Des lettres tues aux lettres vives

Culture Santé 2019 à l’hôpital de Saint-Alban

En 2019, Juliette Kempf et Simon Winsé interviennent de nouveau à l’hôpital de Saint-Alban. Matières plastique, physique et sonore sont le support pour revisiter les lettres et traverser à nouveau le processus de création depuis sa matière première. La résidence se termine par la levée de la censure. Depuis la salle de réunion officielle de l’hôpital, au cours de séances rituelles et théâtrales, les lettres de Volterra sont renvoyées aux destinataires par les patients de Saint-Alban.

Partager l'aventure

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

TISSER LE LIEN

Échanger sur un projet, ou simplement se dire bonjour ?