Souviens-toi d’avant l’aube

Le spectacle

 Il est un bloc de cire dans nos âmes, dans lequel s’impriment nos souvenirs.
C’est le don de Mémoire, mère des Muses. 

Platon

Note d’intention – création en cours

J’ai rêvé d’une vaste exploration de notre mémoire la plus intime, d’une promenade dans ses paysages illimités et mystérieux, d’une avancée jusqu’à son lieu le plus profond, le plus originel. D’où s’écoule Mémoire, où prend-elle sa source ? Comment s’inscrit-elle dans nos corps, laisse-t-elle ses traces pour faire qui nous sommes ? Par quel insaisissable voyage le souvenir se fabrique-t-il en nous, ou s’altère-t-il, nous invitant à une construction toujours plus singulière de nous-mêmes ?

Aussi, il y a les êtres sans mémoire, qui d’un jour à l’autre me demandent qui je suis après que l’on a travaillé et chanté ensemble. Il y a cet homme, toujours aussi fou amoureux de sa femme qui ne le reconnaît plus depuis dix ans. Il y a ces eaux intrigantes, chez les Grecs, qui font oublier l’âme. Et celles de la fontaine de Mémoire qui donnent l’immortalité. Il y a ce chant, ce cri du cœur, cette musique, que les soufis appellent le Souvenir…

Alors au théâtre, parce qu’il est mon outil et mon amour, oser partir sans texte, sans même d’histoire, avec comme seul désir de naviguer dans les eaux profondes de Mémoire, Mnémosyne, la déesse qui a fait naître les neuf Muses, figures de la connaissance et des arts...

Juliette Kempf, conception et mise en scène

Partager l'aventure

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

TISSER LE LIEN

Échanger sur un projet, ou simplement se dire bonjour ?